Jour 4 – L’Autriche

1937 kilomètres parcourus et 4 pays traversés

Après une journée au plat sur la plaine italienne de Pô, les équipages retrouvent aujourd’hui les montagnes sur un itinéraire qui rappellera la traversée de la Suisse. Pour ce quatrième jour de l’aventure, les Peugeot 205 vont traverser les Dolomites Italiennes et entrer dans le Tyrol autrichien. 300 kilomètres et 6h43 de route les séparent du bivouac de Werfenweng.

Dès 8h00 ce matin, les Peugeot 205 quittaient l’une après l’autre le parking de la salle de sport de Belluno. Pas de tente à enlever ce matin, les participants ont donc repris la route aussitôt après le petit-déjeuner. Pas question de perdre de temps car de très belles étapes attendent les participants aujourd’hui à l’image du lac de Sorapis, élu plus belle étape de l’aventure lors de l’édition 2017.

Le lac de Sorapis n’est pas inconnu des nouveaux participants. Les anciens leur ont passé le mot. Sur la route de l’itinéraire se situe l’un des plus beaux lacs d’Europe. Le lac de Sorapis, ou Lago di Sorapis en italien, est un petit lac d’origine glaciaire situé à 1936 mètres d’altitude. Niché au milieu des montagnes, son eau est d’un bleu incroyable. Il est surplombé d’un sommet appelé « le doigt de Dieu ». Le lac n’étant pas accessible en voiture, il faut marcher près de 3 heures pour découvrir cette merveille de la nature. Tandis que les plus téméraires se lancent dans l’ascension, les autres équipages choisissent, quant à eux, de découvrir le lac de Braies, autre magnifique lac alpin, peut-être le plus connu des Dolomites.

Après deux heures de traversée des Dolomites, au milieu des sommets pointus et des forêts de pins, les équipages arrivent en Autriche, quatrième pays de l’itinéraire. Circuler en Autriche requiert d’acheter une vignette. Toutes les stations-service après la frontière ont ainsi été prises d’assaut par des hordes de 205 cherchant à se procurer le précieux sésame.

Une fois la vignette collée sur le pare-brise, les équipages reprennent la route en direction du Grossglockner, point culminant de l’Autriche. Depuis deux ans, l’itinéraire traverse les Alpes autrichiennes par le col du Grossglockner, plus haut col des Alpes autrichiennes culminant à 2505 mètres d’altitude. Longue de 48 kilomètres, la route traverse des paysages de montagne uniques, à tel point qu’elle est devenue la deuxième curiosité la plus visitée du pays. La traversée de ce col est un véritable défi pour les Peugeot 205, déjà échaudées par le col de Susten deux jours plus tôt. Le dénivelé de la route est encore plus important. Pour éviter une surchauffe du moteur, il est recommandé de faire des pauses toutes les 20 minutes pour refroidir le moteur, et de monter en vitesse réduite en veillant à ne pas trop solliciter la pédale d’embrayage. Sur les conseils des mécaniciens du raid, les équipages mettent aussi le ventilateur en marche forcée. Chacune leur tour, les 250 Peugeot 205 atteignent le haut du col du Grossglockner, principale difficulté de l’itinéraire, un moment immortalisé par les photographes de l’organisation.

Le col du Grossglockner derrière eux, les équipages entrent dans la région de Salzburg, l’occasion de découvrir la grotte d’Eisriesenwelt, plus grande grotte de glace au monde avec ses 42 kilomètres de galeries, et bien sûr la ville de Salzburg, quatrième plus grande ville d’Autriche. La ville natale de Mozart a préservé un riche patrimoine culturel avec notamment son centre historique classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. La forteresse de Hohensalzburg, symbole de la ville, est l’un des châteaux forts les mieux préservés d’Europe.

Le quatrième bivouac de l’aventure s’installe au cœur des Alpes autrichiennes, dans le petit village typique de Werfenweng. Comme l’année dernière, la ville a préparé une soirée culturelle. Danses et musiques traditionnelles autrichiennes accompagnent le repas. Certains participants n’hésitent pas à s’essayer aux danses autrichiennes guidés par des locaux habillés en vêtements traditionnels. Après plusieurs heures d’animations dans une ambiance survoltée, la navette de la ville transporte les derniers participants jusqu’au lieu de bivouac. Il faut reprendre des forces car ce n’est encore que le début de l’aventure.

suivez toute l'actualité
europ'raid