Jour 11 – La Grèce

4200 kilomètres parcourus et 10 pays traversés

Arrivés la veille au soir en Grèce, les équipages prennent aujourd’hui la direction d’Athènes au Sud. 431 kilomètres et 4 heures et 59 minutes de route les séparent du bivouac, situé à 30 kilomètres au Nord de la capitale grecque. L’itinéraire traverse le Péloponnèse et longe le golfe de Corinthe jusqu’à l’Attique, région la plus au sud de l’itinéraire.

Comme chaque matin, les équipages quittent le bivouac de Preveza vers 8h00, aussitôt après avoir récupéré leurs sacs de petit-déjeuner. La majeure partie de la route se situe au début de l’itinéraire. L’objectif est donc de rouler toute la matinée pour arriver vers 13h00 à Athènes et avoir ainsi suffisamment de temps pour visiter la ville. Après avoir longé la côte Ionienne pendant quelques heures, ils aperçoivent enfin le pont Rion-Antirion qui relie la Grèce continentale au Péloponnèse. Long de 2883 mètres, ce viaduc moderne est le second plus long pont à haubans du monde après le viaduc de Millau. Jusqu’en 2004, date de son inauguration, il fallait 45 minutes de ferry pour rallier, au niveau de Patras, la Grèce continentale au Péloponèse. Aujourd’hui, les équipages ne mettent que 5 minutes pour traverser le détroit de Rion.

Pour traverser la Grèce du Nord au Sud, les équipages sont contraints de reprendre l’autoroute. Si l’autoroute ne présente pas de véritable intérêt touristique, elle a le mérite de permettre d’avaler les kilomètres beaucoup plus rapidement et ainsi de gagner du temps entre les étapes.

Vers midi, les équipages arrivent à proximité de Corinthe. Dans la période antique, Corinthe était la cité la plus commerçante et la plus riche de Grèce en raison de sa localisation stratégique entre Sparte et Athènes. Aujourd’hui, elle demeure une ville portuaire importante grâce à son canal qui permet de rallier par bateau la mer Ionienne à la mer Égée. La ville a conservé de nombreux vestiges de sa période antique, notamment son ancienne acropole, l’Acrocorinthe, ou encore sa forteresse construite entre deux sommets de 575 mètres de haut. La forteresse offre d’ailleurs une vue à 360°C sur l’isthme de Corinthe. La découverte de Corinthe permet de se rendre compte du très riche passé de la Grèce. Un patrimoine historique considérable qui n’est pas sans inconvénient car le pays ne parvient plus, depuis la crise économique, à entretenir ses quelques 19 000 sites archéologiques.

Athènes était la principale étape de l’itinéraire du jour. La capitale et plus grande ville de Grèce est l’une des plus anciennes du monde, célèbre pour son histoire, ses monuments, et bien sûr sa mythologie. Quelques heures dans la ville ne suffisent pas à visiter Athènes, mais permettent d’en découvrir les principaux sites tels que son Acropole, son agora, ou encore son stade panathénaïque.

La plupart des participants débutent d’ailleurs la visite de la ville par l’Acropole, l’un des sites les plus visités du monde. Bâtie sur une colline au centre de la ville, l’Acropole a servi de citadelle et de sanctuaire religieux sous l’antiquité. Le Parthénon, principal édifice de l’acropole, impressionne par sa grandeur : 13 mètres de hauteur pour 70 mètres de longueur et 31 mètres de largeur. On estime qu’il a fallu 22 000 tonnes de marbre pour construire cet immense édifice consacré au culte de la déesse Athena. Partiellement détruit, le monument est en restauration depuis le 19ème siècle.

Entre l’Acropole, l’Olympiéion, le Théâtre de Dionysos, ou encore le stade panathénaïque qui accueillit les premiers jeux olympiques de l’ère moderne en 1896, il faudrait plusieurs jours pour découvrir tous les trésors que possède la ville d’Athènes. Malheureusement, il reste encore 30 minutes de route pour rejoindre le bivouac et les équipages doivent donc repartir. Ce soir, c’est sur le plus grand circuit de karting de la région que s’installe le bivouac, le Kartodromo d’Athènes. Les équipages vont vivre un nouveau bivouac pour le moins atypique. Tandis que les Peugeot 205 se stationnent sur l’asphalte, les participants installent leurs tentes sur les espaces enherbés de la piste. Évidemment, aucun kart ne roulera cette nuit.

suivez toute l'actualité
europ'raid