Jour 2 – La Suisse

C’est sous le soleil que s’est réveillé le bivouac de Port. La fatigue générée par la longue traversée de la France a eu gain de cause sur l’esprit festif des participants. La nuit a été calme. Réveillés à 6h30, les équipages n’ont pas trainé sur le bivouac. Peu avant 8h00, juste après le briefing de l’organisation, les premières Peugeot 205 ont quitté le parking en direction de la Suisse. L’impatience de découvrir le deuxième pays de l’itinéraire a motivé les participants à prendre la route le plus tôt possible.

Le Lac Léman

Malgré quelques embouteillages au poste frontière causés par ce convoi de 150 Peugeot 205 colorées, les équipages sont arrivés en Suisse aux alentours de 9h30 sous un soleil inattendu. Les paysages alpins se succédaient sous un magnifique ciel bleu et un grand soleil. La découverte de la Suisse a débuté par la région du lac Léman : son lac, ses montagnes et ses vignes. Les équipages ont longé la rive nord du lac jusqu’à Vevey, en traversant Genève, Lausanne et Montreux. Certains en ont profité pour se rafraichir par une rapide baignade dans le lac avant de s’enfoncer un peu plus dans le cœur du pays.

Alors que la chaleur continuait de grimper dans les véhicules, les équipages ont débuté les premières ascensions des Alpes suisses par le col de Jaun qui culmine à 1509 mètres d’altitude. Ce col fait découvrir les paysages verdoyants typiques de la Suisse entre des routes en tête d’épingle tout en donnant du fil à retordre aux Peugeot 205 et à leurs conducteurs.

Arrivés dans la région d’Interlaken, les participants ont pu découvrir quelques merveilles du centre de la Suisse telles que les chutes de Staubbach, seconde plus haute cascade du pays avec 297 mètres de chute, ou encore celles de Trümmelbach, plus grande cascades souterraines d’Europe. Étape incontournable de cet itinéraire, la plupart des équipages ont aussi visité les gorges de l’Aar, longues de 1,4 kilomètre et profondes de 200 mètres, qui offrent un spectacle à couper le souffle. Les eaux bleues de la rivière de l’Aar s’écoulent entre deux immenses falaises étroites dans un bruit tumultueux.

Le col de Susten

Dernière partie de l’itinéraire, mais sans doute la plus difficile, les équipages ont ensuite pris la route du col de Susten. Ce col est le deuxième plus haut qu’auront à franchir les équipages. C’est un baptême du feu pour ces Peugeot 205 trentenaires dés le deuxième jour de l’aventure. Malheureusement pour les participants qui n’ont pas pu profiter au maximum de ses magnifiques paysages, mais heureusement pour leurs Peugeot 205, la pluie a accompagné cette traversée du col, évitant ainsi les surchauffes des moteurs très sollicités par l’escalade des 2204 mètres d’altitude. Malgré la météo capricieuse au sommet, certains n’ont pas démotivés pour photographier le glacier de Stein et son lac.

L’arrivée en Suisse italienne

Les premiers équipages ont atteint le bivouac, à Iragna, sur les coups de dix-sept heures tandis que les derniers ont passés l’entrée vers 22 heures. Après leur repas, les équipages se sont détendus, et ont profité de la soirée jusqu’à tard dans la nuit malgré la fatigue de la journée. Le cadre est idéal : le champ dans lequel le campement est installé est entouré de toute part de montagnes et de verdure. De quoi profiter de ces dernières vues suisses car demain, ce seront les paysages italiens que les 205 parcourront.

suivez toute l'actualité
europ'raid