Jour 15 – La Roumanie

En ce quinzième jour de l’aventure, les équipages quittent la Bulgarie pour se rendre en Roumanie, treizième pays traversé. L’itinéraire du jour fait 380 Kilomètres pour exactement 6 heures de route. Après avoir franchi les Carpates, les équipages traverseront le Danube, plus long fleuve d’Europe et prendront la direction de Bucarest, capitale de la Roumanie.

Le vent est frais lorsque les participants quittent leurs tentes sur les coups de six heures du matin. La température en altitude est redescendue. Pour certain, l’attente du petit-déjeuner se traduit par la découverte de Buzludzha s’ils ne l’ont pas fait la veille, tandis que pour d’autres, la priorité est au rangement des voitures avant de repartir sur les routes bulgares. Il ne faut que peu de temps avant de rejoindre la Roumanie et contrairement aux précédentes frontières, celle-ci se passe sans difficulté ni retard.

Veliko Tarnovo, ancienne capitale de Bulgarie

Plusieurs étapes sont proposées avant de quitter définitivement la Bulgarie. Les équipages passent notamment par le célèbre col de Chipka où se sont tenues trois grandes batailles en 1877 et 1878 qui ont scellé le sort de la Bulgarie. Un mémorial a d’ailleurs été érigé au sommet d’une montagne pour honorer les soldats bulgares et russes morts pour l’indépendance contre les turcs. Un peu plus loin, le village Etara reconstitue un village bulgare typique du 19e siècle.

La principale étape avant de quitter la Bulgarie est sans aucun doute Veliko Tarnovo, ancienne capitale de Bulgarie. Située à flanc de montagne, ses maisons et ruelles forment un amphithéâtre au-dessus de la rivière Yantra. La ville possède un important patrimoine historique et culturel avec sa forteresse Tsarevets du XIIème siècle, forteresse principale du second Empire bulgare, ou encore le monument Asenevtsi. Deux monts sont accessibles dont celui qui abrite la ville royale de Tsarevets, symbole du Second Empire Bulgare.

Bucarest, le « petit Paris »

À la grande surprise des équipages, la frontière roumaine se traverse en seulement quelques minutes, ce qui contraste avec les longues heures d’attente des frontières monténégrine, albanaise et bulgare. Aussitôt arrivés en Roumanie, les équipages prennent donc la route de la capitale. Bucarest est nommée « Le petit Paris » en raison de ses longs boulevards bordés d’arbres ainsi que son Arc de Triomphe. Capitale et plus grande ville de Roumanie, elle est un important centre culturel avec des architectures à la fois anciennes et modernes, ses rues pavées, ses bâtiments historiques et ses nombreuses fontaines. Les équipages ont également pu apprendre la légende autour du nom de la ville : Bucuresti viendrait de Bucur, un berger qui s’est installé dans la région de la ville actuelle. L’autre surnom de Bucarest est « la ville de la joie » en référence au mot Bucur qui signifie « joie » en roumain.

Bivouac de Pitesti

L’arche de Europ’Raid est gonflée. Les participants arrivent au compte-goutte sur le grand parking du stade de Pitesti. Après une nouvelle journée sous le soleil, ils ont la satisfaction de trouver des douches et un repas chaud. La bonne humeur est au rendez-vous.

Au niveau mécanique, deux heures ont été consacrées ce soir à une réparation d’embrayage. L’équipage Soldi’Europe pourra repartir sereinement demain matin pour découvrir une autre partie de la Roumanie.

suivez toute l'actualité
europ'raid